Brahim Thiam - Onze d'Afrik - L'actualité du football

«Ils n’ont ni le niveau, ni l’humilité, ni l’envie…», Brahim Thiam dézingue Magassouba et son staff après l’élimination du Mali

Publié par

L’ex-international malien, Brahim Thiam, reconverti consultant chez beIN Sports, a sorti de ses gonds suite à l’élimination des Aigles du Mali pour la Coupe du Monde 2022 au Qatar.

Brahim Thiam l’a mauvaise après l’échec des Aigles. Déjà très critique avec le staff de l’équipe nationale du Mali et les instances dirigeantes du pays lors de la CAN, l’ancien défenseur international réagit en des termes très vifs à l’élimination des Aigles par la Tunisie, mardi en barrages qualificatifs du Mondial 2022.

Sur son compte Twitter, l’ex-consultant de BeIN Sports a publié un message en forme de réquisitoire. D’abord contre le président de la Fédération malienne de football, Mamoutou Touré, dit « Bavieux », en poste depuis l’été 2019. Accusé de « manque de patriotisme », de « mensonge » et « surtout d’incompétence », le dirigeant est présenté comme « la pièce maîtresse de ce désastre sportif ».

« Lorsque l’unique but d’une personne est de créer l’illusion populiste à coup de photos, d’opérations de communication, de pseudo-rassemblement d’anciens joueurs et déclarations jetant le discrédit sur son propre staff technique (conférence de presse du 16 février 2022), oui il est bien dans une politique présidentielle qui a pour but son confort et celui de tous les membres du comité exécutif tout en se protégeant publiquement », accuse-t-il.

Brahim Thiam inclut le staff technique en place, mené par Mohamed Magassouba et son adjoint Fousseni Diawara.« Ils n’ont ni le niveau, ni l’humilité, ni l’envie de fédérer autour de cette jeune équipe qui ne demandait qu’à briller et être épaulée d’hommes de caractère », assène l’ancien Caennais et Rémois, pour lequel les deux hommes sont indéfendables.

« Deux CAN et un barrage de Coupe du Monde pour un bilan famélique sur le fond et sur la forme », tacle Brahim Thiam, qui prend l’équipementier des Aigles (Airness) comme exemple des insuffisances. « Aimer le Mali c’est servir le Mali et non se servir du Mali », ajoute-t-il avant d’en appeler à la vigilance des supporters. Des propos difficiles de passer inaudibles !

→ A LIRE AUSSI : Matar Bâ : « Si le Sénégal n’était pas qualifié à la Coupe du monde… »

→ A LIRE AUSSI : «Beaucoup nous avaient enterrés», le héros du Cameroun Toko-Ekambi raconte l’exploit en Algérie

→ A LIRE AUSSI : Mondial 2022 : La réponse cash du Sénégal après la plainte de l’Egypte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.